Le Taipei Film Festival rendez-vous incontournable du début de l’été vient de s’achever avec la cérémonie qui récompense les films taïwanais de l’année. L’équipe des Rencontres du Cinéma Taïwanais était sur place pour découvrir les dernières productions de 2015. 

Comme tous les ans, le festival se divise en plusieurs temps forts: une compétition internationale de jeunes réalisateurs dont est sorti vainqueur  Nadav Lapid avec son film L’Institutrice, une programmation internationale, des restaurations, un hommage à un pays, cette année le Portugal et en dernier lieu la compétition taïwanaise. Cette dernière réunit aussi bien des fictions, des documentaires que des court métrages et des films d’animation.

Le jury comptait en autres cette année le réalisateur Shen Ko-shang dont nous avons programmé les films en janvier et en mars, Charles Tesson, directeur artistique de La Semaine de la Critique, le chanteur-compositeur-acteur Lim Giomg et l’actrice  chinoise Yao Chen.

La production taïwanaise semble avoir pris un nouveau tournant : les amours adolescentes qui avaient dominé la cinématographie des dernières années laissent la place à un cinéma qui se veut plus adulte. On trouve, cependant, toujours cette tendance un peu sucrée dans When Miracle Meets Maths de Lin Chun-yang film en partie financé par la régie du métro de Taipei qui fait partie d’une série de six fictions consacrées à un quartier, ici Dadaocheng. Dadaocheng est le plus ancien quartier de Taipei qui a fait l’objet d’une récente restauration, le réalisateur y filme une histoire d’amour qui repose sur le “yuanfen”, la rencontre prédestinée, entre deux personnes que tout semble opposer dans un décor un peu trop parfait. Dans la même veine commerciale Maverick Cheng Wen-tang opère un complet virage très loin de son précédent film, le très noir et magistralement interprété par Tsai Jen-nan Tears.

Cette année étaient particulièrement attendus les nouveaux opus de Tom Lin Shu-yu (Starry Starry Nights) et Cheng Yu-chieh (Yang Yang).

Dans Zinnia Flower, Tom Lin Shu-yu s’inspire de sa propre expérience du deuil pour construire une double histoire de perte, celle de sa femme enceinte pour son personnage masculin, celle de son fiancé pour son héroïne.

movie-zinnia-flower-by-shu-yu-lin-still-mask9

Cheng Yu-chieh s’est associé à Lekal Sumi pour réaliser Wawa no cidal qui décrit la façon dont une journaliste aborigène travaillant à Taipei décide de rentrer dans son village pour sauver les terres cultivables d’un projet immobilier. Le film a remporté le Prix du public. Tout comme son précédent film, Cheng Yu-chieh évite la sur-dramatisation et s’attache dresser un portrait de famille sensible et attachant.

wawa no cidal

Enfin le grand gagnant du festival est Thanatos Drunk de Chang Tso-chi qui avait déjà été présenté à Berlin et qui avait marqué la dernière cérémonie des Golden Horses. Dans un quartier déshérité deux frères vivent avec leur mère ancienne chanteuse de nanguan devenue hôtesse de bar alcoolique. La mort de cette dernière transforme la relation des deux frères.

Loin du cinéma plutôt prude et timide de ces dernières années, Chang Tso-chi offre un film particulièrement physique et continue de s’affirmer comme un exceptionnel directeur d’acteurs.

Thanatos drunk