Taiwan_bandeau3

Taiwan_bandeau3

Cette année la section Regards Comparés du Festival du Film Ethnographique Jean Rouch est consacrée à Taïwan. Des films documentaires et une fiction en clôture (le très beau Finding Sayun de Laha Mebow), trois réalisateurs invités, quatre jours de projection dans l’auditorium de l’INALCO. Après la Grèce l’année dernière, le Comité de Festival du Film Ethnographique Jean Rouch a choisi Taïwan. Du 16 au 19 novembre, le festival propose à la fois des films d’archive ou des documentaires consacrés à l’histoire de l’île ( le 16 novembre), mais aussi des films qui capturent l’évolution de l’île depuis les années 1990. Les défis environnementaux et sociaux sont au coeur de ces films qui interrogent la survie des cultures et tradition de l’île à l’heure de la mondialisation et face à la pression du voisin chinois.

Trois réalisateurs seront aussi présents: l’ethnologue Hu Tai-li qui consacré une partie de ses recherches aux Aborigènes de l’île mais qui est également célèbre pour son documentaire Stone Dream sur un vieux soldat chinois qui vit à Taiwan depuis plusieurs décennies. Mayaw Biho, dont la mère est Amis et le père chinois, est l’un des rares réalisateurs aborigène de Taiwan; il filme souvent sa communauté, ses traditions, ou la misère des Aborigènes vivant en bordure des villes (Children in Heaven). Enfin, Shen Ko-shang, qui avait déjà été invité par les Rencontres du Cinéma Taiwanais en janvier dernier, sera à nouveau présent: une occasion de voir ou revoir Les Faiseurs de nids et de découvrir deux autres de ses films Silent Delta, un film expérimental sur trois minuscules îles et Baseball Boys sur une équipe de jeunes joueurs aborigènes. Les trois réalisateurs seront présents à l’issu de leur projection mais également prendront part à une table ronde consacrée au cinéma aborigène le 19 novembre.

16 novembre 

15h :Journée consacrée à l’histoire de Taïwan qui permettra de découvrir de très rares images d’archive, films de famille, films de propagande, des images du Taïwan colonial et de l’après-guerre. Le documentaire Shoshenko quant à lui revient sur un épisode oublié de la Seconde guerre mondiale: l’envoi de jeunes étudiants taïwanais au Japon pour travailler dans les usines.

18h: Deux films consacrés à l’environnement et l’influence de la mondialisation avec Let It Be, le portrait de vieux planteurs de riz à l’heure de l’OMC et The Lost Sea, portrait de Kinmen, ses pêcheurs et surtout ses limules qui se sont développée grâce à l’état de guerre entre Taiwan et la Chine et qui sont maintenant menacées par la paix.

17 novembre

15h: Deux films consacrés à la culture aborigènes, Song of Pastaay sur un rituel et Deliver Us from Evil qui montre comment certaines croyances mettent à l’écart les personnes malades et âgées sur l’île des Orchidées.

18h: Séance consacrée à Shen Ko-shang en sa présence.

18 novembre

15h: Deux films de Jean-Robert Thomann:  Les Vacances des fantômes décrit, non sans humour, les rituels dédiés au septième mois lunaire qui correspond à l’ouverture des portes de l’enfer qui libère les esprits qu’il faut amadouer, nourrir, et amuser; le très émouvant et enthousiasmant Naluwan qui dresse le portraits de trois chanteurs aborigènes de trois générations pour qui la chanson va de pair avec la défense de leur culture et de leurs droits.

18h: Séance consacrée à Hu Tai-li en sa présence.

19 novembre

15h: Séance consacrée à Mayaw Biho en sa présence

16h45-17h45 Table Ronde: Cinéma aborigène et quêtes d’identité à Taïwan?

18h : Film de clôture Finding Sayun de la jeune réalisatrice Atayal Laha Mebow décrit l’arrivée d’une équipe de cinéma dans un petit village atayal pour faire le remake d’un film de propagande japonaise de 1942 fondée sur une histoire vraie: la noyade de la jeune Sayun en portant les bagage de son professeur japonais en partance sur le front. En mêlant ses souvenirs familiaux, la mémoire collective de la période coloniale et le rapport des Aborigènes au cinéma, Laha Mebow produit une fiction d’une rare intelligence sur le rapport à la caméra, la mémoire et l’acculturation qui menace sa communauté.

Pour en savoir plus: ici